Histoire

Le projet

Après un parcours académique tumultueux, Benoit décide de reprendre l’exploitation agricole familiale et d’y développer une activité de tourisme diffus. De même, après avoir cédée son activité de chef d’entreprise, Marylène (la maman de Benoit), se réoriente en tant que massothérapeute et esthéticienne. L’idée d’un centre de bien-être est alors venue accompagner le projet touristique.

 

Un beau projet nait toujours d’une belle rencontre et dans ce cas ce sont les échanges, les discussions et la collaboration entre Benoit, alors étudiant en architecture du paysage et Guy Adant, architecte du groupe Gamma.

 

Une fois le projet bouclé sous sa dernière mouture et les autorisations délivrées par toutes les autorités compétentes, il fallait construire. Mais comment ? En paille ? Qui va construire ?

 

C’est ainsi que Benoit a décidé, aux termes de son master en architecture du paysage, de retrousser ses manches et d’auto-construire « Les gîtes de la Ligule ». Pourquoi ce nom d’ailleurs ? « Je cherchais un nom qui reflète le matériau de construction » dit Benoit. La Ligule est cette petite membrane qui lie la feuille à la tige du blé.

 

« L’auto-construction de ce chantier fut une expérience unique » dit Benoit. Ce projet est le fruit d’une parfaite complicité de travail entre le maître de l’ouvrage, le constructeur et un architecte passionné. Ainsi l’ensemble des détails de construction ont été établis par l’architecte et “les gens qui font”.


Humilité, générosité, rigueur et passion ont été de mise dans ce chantier hors du commun ...

Assemblage des murs en paille et de la structure en bois :

Les murs sont construits en gros ballots de paille utilisés en tant qu’éléments porteurs. De section 1,2m par 0,7m, pressés à 100 bares et réalisés suivant 9 longueurs différentes, ceux-ci sont issus des champs de Patrick de Theux, un agriculteur mignaultois adhérant aux mesures agro-environnementales. Assemblés tel un légo, ils composent les murs porteurs des gîtes. Des sablières et une ossature bois en plate-forme permettent de liaisonner tous les éléments entre eux et d’obtenir la stabilité escomptée du bâtiment. Les plate-formes ont été isolées à l’aide de “ballots tranches” de section 0,4m/1,2m suivant deux longueurs différentes. De même, le sol a été isolé avec une dalle en béton de paille tandis que les murs mitoyens ont été réalisés en ossature bois et remplissage “terre-paille”. Bref, la paille est le seul matériau d’isolation utilisé pour la construction des gîtes.

Enduisage des murs :

Mais à quoi vont bien ressembler les gîtes de la Ligule ... 

Les enduits de corps, à base d’argile, paille broyée et sable, sont venus recouvrir les murs en paille qui n’étaient pas droit du tout. « J’ai suivi le mouvement des ballots et du mur » explique Benoit. Le résultat est donc très organique ... tout est bosselé, courbe et non d'aplomb. C'est très particulier, unique ... « je dirais que ce résultat esthétique est l'expression même du matériau et de la technique de construction utilisée dans la cadre de ce chantier ».

Le chaulage :

Les murs en paille recouverts d’argile ont été blanchis et toutes les boiseries intérieures ont été peintes. Benoit a réalisé toutes ses peintures lui-même à base de chaux, pigments naturels et d’autres composants dont il vous livrera les secrets lors des formations qu’il donne à ce sujet.

Revêtements de sol :

Un plancher en bois a pris place à l’intérieur des gîtes tandis qu’un revêtement en pierre hors du commun a pris la place des revêtements extérieurs. Ce sont des tables de sciages en pierre bleue de Soignies qui ont été posée avec la participation des carrières du Hainaut.

 

Communiqué de presse :

Télécharger le communiqué de presse